Share, , Google Plus, Pinterest,

Print

Posted in:

Dr Lakshmi Priya Rajendran : Le « slow food » appliqué à la ville intelligente

Dans le monde de la transition numérique des territoires, l’urbaniste et architecte Dr Lakshmi Priya Rajendran, joue le rôle d’empecheur de tourner en rrond. La spécialiste indo-britannique du bâti urbain alerte aujourde’hui sur la construction de villes intelligentes qui ne répondent pas aux désirs des citoyens et au contraire accèlent le rythme de vie.

Il y a un débat de fonds qui divise les acteurs et professionnels des territoires urbain. A ceux qui voient dans les nouvelles technologies le salut d’une meilleure efficacité et productivité de la ville, d’autres allertent sur la différenciation à faire entre les besoins des collectivités locales, des entreprises et des citoyens.

« Partout dans le monde, les gouvernements, les institutions et les entreprises associent des technologies pour la collecte de données, l’amélioration des communications et le partage d’informations, avec des infrastructures urbaines, afin de créer des villes intelligentes. L’un des principaux objectifs de ces efforts est de rendre la vie urbaine plus efficace et productive, autrement dit d’accélérer les choses. Pourtant, pour les citoyens, cette dépendance croissante à la vitesse peut être déconcertante. Contrairement aux entreprises ou aux services, les citoyens n’ont pas toujours besoin d’être rapides pour être productifs » écrit Dr Lakshmi Priya Rajendran dans une tribune publiée mi-avril sur le site The Conversation.

Docteur de l’Université de Sheffield au Royaume-Uni, Dr Lakshmi Priya Rajendran est une architecte et urbaniste est une spécialiste de « la construction identitaire et la négociation des communautés de migrants dans leurs rencontres urbaines quotidiennes dans des villes multiculturelles ». Elle a plus de six ans d’expérience dans l’enseignement dans diverses universités réputées au Royaume-Uni, en Malaisie et en Inde.

Elle a enseigné l’architecture et la planification à des étudiants de premier cycle et de troisième cycle. Tant dans son enseignement que dans sa recherche, elle cherche constamment à saisir les occasions lui permettant d’explorer des approches dans les domaines des sciences sociales, des sciences humaines et des arts, qui offrent de nouvelles façons de comprendre et d’étudier les villes, la spatialité et les interactions humaines.

Par la force des choses, Dr Lakshmi Priya Rajendran est devenue spécialisée dans les domaines de la recherche sur les villes intelligentes, la résilience urbaine, les collectivités durables et la qualité de vie. Dans sa contribution sur The Conversation, reprise par plusieurs médias spécialisés dans le domaine des Smart Cities, elle écrit aussi que «…le mouvement international de restauration rapide a commencé en Italie pour protester contre l’ouverture d’un restaurant McDonald’s sur la place d’Espagne à Rome en 1986. Puis, en 1999, le «mouvement cittaslow» (traduit par «ville lente») – inspiré par le mouvement slow food, qui souligne l’importance de préserver le caractère local tout en développant une économie capable de soutenir les communautés dans l’avenir…».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *